RESULTATS ATTENDUS

R1 GOUVERNANCE DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE

R1.1 L’encadrement politique de la Sécurité Intérieure répond aux besoins de l’Etat et des populations

L’amélioration de la gouvernance de la sécurité se fera à travers la mise en place d’un cadre politique de pilotage qui contribuera à l’élaboration d’un ensemble cohérent de textes, à un soutien des personnels en charge de cette gouvernance et à une fourniture de moyens. Cette meilleure gouvernance doit s’appuyer également sur une organisation rationnelle des FSI articulée autour de trois principes : respect des équilibres garant de la stabilité des institutions ; clarification des missions ; meilleur contrôle de leur action. Elle doit également se traduire par une meilleure adéquation entre les ressources disponibles et les objectifs de politique de sécurité. Cette adéquation portera sur deux volets majeurs : gestion des ressources humains ; gestion des moyens.

R1.2 Les capacités institutionnelles de gouvernance de l’action des FSI sont améliorées

Dépendant de deux ministères, et en l’absence de coordination nationale, (le CNSI n’étant pas à ce jour opérationnel), il en résulte une superposition des missions et un découpage territorial qui convient de redéfinir afin d’être plus efficient dans le domaine de la sécurité. Les partages de compétences entre les trois forces doivent être clairement redéfinis et au besoin des protocoles d’assistances mutuelles rédigés pour une meilleure cohésion de l’ensemble des acteurs. Les organes de contrôles et de vérification des missions devront également être améliorés ainsi que les politiques de ressources humaines et matérielles pour une meilleure gouvernance et visibilité dans la politique de GRH et de gestion logistique.

R2   COMPÉTENCE DES FORCES DE SÉCURITÉ INTÉRIEURE

R2.1 Les objectifs et les contenus de la formation des FSI sont réformés

L’outil de formation doit être réformé pour correspondre aux besoins actuels des policiers, gendarmes et gardes nomades tchadiens tout en l’adaptant aux moyens et au niveau d’instruction des personnels et à leur adaptation au changement. Cette adaptation passera par la mise en place de groupes de travail et par une implication volontaire et maximale des compétences locales préalablement identifiées en collaboration avec les points focaux de chaque force.

Le travail effectué en amont par le PAFSI sur la création et le fonctionnement des écoles devra servir de base et de levier pour faire appliquer la nouvelle politique nationale de formation de la police nationale et l’étendre avec les adaptations nécessaires aux autres forces de sécurité intérieure.

S’agissant de la formation et de la professionnalisation des FSI, les efforts devront porter sur la pédagogie d’enseignement et sur l’univocité du message institutionnel diffusé aux élèves et stagiaires. Ainsi mieux formés, mieux managés, les FSI évolueront vers une professionnalisation de leurs tâches avec une éthique professionnelle qui modifiera à terme leur image et donc les rapprochera de la population. Pour ce faire, la mise en place d’une nouvelle stratégie, voire philosophie de formation basée essentiellement sur l’expérimentation sera proposée. Cette dernière présente l’avantage de traiter le comportement (aspect déontologique) des FSI en transversal tout au long de la formation et de répondre par la même aux objectifs affichés.

R2.2 Les structures de formation initiale et continue sont modernisées ou consolidées

En parallèle d’un appui aux objectifs et aux contenus des formations des FSI, un soutien sera également fourni aux structures de formation en tant que telles.Il est impératif que la logistique soit mise en place dans les structures en amont aux actions pédagogiques pour rendre celle-ci efficace. Une analyse pertinente de l’état des lieux des structures est nécessaire.

R3  LIENS ENTRE POPULATION ET FSI

R3.1 La participation du citoyen et de la société civile dans la gestion de la sécurité est renforcée

Les Forces de Sécurité Intérieure du Tchad, dont les infrastructures qui ne remplissent pas les standards minimaux sont insuffisantes, sont, dans leurs actions quotidiennes peu préoccupées par la prise en compte de la société civile. L’absence de communication et d’action préventive locale les éloigne de la population et leur a fait perdre la confiance de cette dernière confortée par le non-respect des règles élémentaires de la déontologie. La reconquête de la confiance de la population passera par la mise en place de cadres de concertation et d’échanges où une part prépondérante sera donnée au genre. En remettant les FSI et la population au cœur du dialogue sur la sécurité locale et des actions de prévention, la société civile pourra ainsi se sentir concernée et reconnaitre à sa juste valeur le changement professionnel des FSI.

R3.2 La dimension de service public des forces de sécurité intérieure est améliorée

L’amélioration des relations FSI/population a pour corollaire l’installation d’une police de proximité qui demande après identification des sites pilotes retenus par les autorités tchadienne la construction ou la rénovation d’infrastructures et la dotation de moyens. Dans ces localités des interventions ciblées, amélioreront la dimension de service public des FSI et créeront les conditions favorables au renforcement de la gouvernance locale de la sécurité. Les policiers formés au concept de police de proximité seront plus professionnalisés dans l’exécution de leur service au bénéfice de la population, le genre sera pris en compte et accentué.

La mise en place de cadres de concertation et d’échanges (conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance) ou d’actions plus ponctuelles (ateliers/fora locaux, régionaux, nationaux sur la sécurité) seront développés.

 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Vous pouvez nous suivre!